L'église de Saint-Pierre-le-Jeune

Place Saint-Pierre-le-Jeune - Strasbourg

Ensemble Sud-est
Une suite d'édifices, au fil de l'histoire

La paroisse protestante Saint-Pierre-le-Jeune est une des 250 paroisses de l'Église de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine. Ancrée au départ dans la tradition luthérienne, l'histoire l'a engagée dans un dialogue œcuménique.

Trois églises ont en fait été construites successivement au même endroit. Au début du Moyen Âge, une petite église fut élevée dont il subsiste un caveau funéraire, sous le bas-côté extérieur sud. La construction d'une église romane fut commencée en 1031, pour un chapitre de chanoines. Il en reste le cloître et les étages inférieurs du clocher. Lors de sa consécration en 1053, l'église prit le nom de Saint-Pierre-le-Jeune pour la distinguer d'une autre église dédiée à Saint Pierre qui, elle, prit le nom de Saint-Pierre-le-Vieux.
Plan de l'église
L'église actuelle, commencée dans la seconde moitié du 13ème siècle par le chœur, fut consacrée en 1320. Des chapelles s'ajoutèrent aux 14ème et 15ème siècles. En 1524, l'église passe à la Réforme. Avec l'invasion des troupes de Louis XIV, l'église devient "mixte" en 1681 : le chœur est alors consacré au culte catholique alors que la nef est réservée aux luthériens. Pendant la présence allemande, une nouvelle église Saint-Pierre-le-Jeune est créée en 1898 et dédiée au culte catholique. L'ancienne église revient alors totalement à la confession protestante.

Le musée possède une des plus importantes collections françaises de l'Age du Bronze et du Fer, ainsi que de beaux objets de l'époque gallo-romaine. Plusieurs salles sont consacrées à l'histoire de la ville fondée au 12ème siècle. Le musée dispose aussi d'une collection de faïences de la famille des céramistes Hannong du 18ème siècle ainsi qu'une belle collection de verres Art Nouveau et Art Déco.

Une visite haute en couleurs

A l'est, le chœur de l'église est séparé de la nef par un jubé gothique à cinq arcades, dont la voûte est peinte de couleurs vives. Il supporte un orgue Silbermann de 1780. Sur le jubé, des peintures à l'huile représentent les quatre Evangélistes. En dessous, à gauche, la statue d'un moine tenant une coupe remonte au 13ème siècle. Derrière l'orgue, la voûte du chœur, un peu plus basse que la nef, date de la fin du 13ème siècle. Le panneau central du retable est daté de 1518.
Choeur, L'Ascension du Christ
A l'ouest, le fond de la nef est décoré d'une fresque représentant la tempête sur la mer de Tibériade, d'après la « Navicella » de Giotto à la Basilique Saint Pierre de Rome. En dessous, huit anges représentent les Béatitudes.
STRASBOURG St-Pierre-le-Jeune
Le long des murs de la nef, des fresques des 14ème et 15ème siècles, retracent, au sud une généalogie de Jésus-Christ et, à l'ouest et au nord des épisodes de la Passion du Christ.
Les vitraux datent de la restauration de 1900 et présentent à la base les armoiries des familles, dont les membres étaient chanoines de Saint-Pierre-le-Jeune.

Un cloître remarquable

Le cloître de Saint-Pierre-le-Jeune, quoique fortement restauré, peut être considéré comme le plus ancien cloître conservé au Nord des Alpes. Il présente trois galeries romanes du 11ème siècle et une galerie gothique du 14ème siècle. Autour du cloître se trouvent les anciens bâtiments du chapitre, sécularisés et vendus après sa dissolution lors de la Révolution française. Après le départ de la paroisse catholique, le cloître est restitué dans son état ancien par le restaurateur Carl Schaefer.

STRASBOURG St-Pierre-le-Jeune
Cloître St-Pierre-le-Jeune
Un des huit lustres à anges