Le Château de Diedendorf

51 rue Principale - Diedendorf

Vue du château
Un château de plaine fortifié

Cette « maison forte » est représentative du style architectural de la Renaissance alsacienne du 16ème siècle.
Le château présente des structures défensives lisibles dans son architecture : l'imposant mur de clĂ´ture, les canonnières, les vestiges de tours de flanquement à chaque angle de l'enceinte...
Construit sur un plan en U, il existait, à l'origine, deux grands ensembles bâtis de part et d'autre du bâtiment que l'on voit encore aujourd'hui : le corps de logis principal, encadré par les deux tours rondes couvertes de zinc.

Décor intérieur
Un intérieur Renaissance

La façade du logis révèle des traces de peinture colorée sur le crépi et devait probablement être décorée.
Mais c'est le décor intérieur de style Renaissance qui constitue la principale curiosité du château de Diedendorf.
Certaines pièces présentent un riche décor avec des plafonds en chêne mouluré « à la française » et des peintures murales ornant les ouvertures des pièces.
Le décor en trompe l'œil autour des fenêtres de l'antichambre du rez-de-chaussée, est une peinture imitant des éléments d'architectures : faux piliers à décors rouges et à motifs de fleurs de lys stylisées.
Décor intérieur
Ces décors, répandus dans la région à la fin du 16ème siècle, sont un témoignage rare de l'aménagement intérieur d'un petit château de la noblesse locale...

La famille Lauenstein

Jean Streiff de Lauenstein, bailli du comté de Sarrewerden, une des seigneuries qui formaient l'Alsace Bossue au 16ème siècle, fait construire ce château après avoir reçu des terres à Diedendorf.
Sa famille fait partie de la petite noblesse locale et est chargée d'administrer les biens de grands seigneurs du Saint-Empire germanique.
La présence à Diedendorf de la famille Streiff de Lauenstein, s'achève en 1730, plus d'un siècle et demi après son arrivée sur ce territoire.

Entrée du château
Un bien cher cheval

On retrouve aujourd'hui le nom des « Streiff » en Suède.
Il est porté par un cheval empaillé exposé au musée historique et militaire du Palais Royal de Stockholm !
Pour comprendre le lien de parenté entre cet équidé et la famille Streiff, il faut remonter à un épisode de la Guerre de Trente ans, au 17ème siècle.
Jean Streiff de Lauenstein, fils du constructeur du château, est au service de l'armée suédoise.
Il vend au roi de Suède, un cheval Oldenburg 15 fois son prix.
Cette race de grande taille est très prisée en Suède, où la cavalerie ne monte que de petits chevaux !
Mais pourquoi le roi a-t-il payé un tel prix ? Peut-être parce qu'il montait ce cheval lors de la victoire de Breitenfeld, deux mois avant l'achat de l'animal qui lui aurait porté chance ?
L'année suivante c'est cet Oldenburg, déjà connu sous le nom de « Streiff », qu'il monte à nouveau pour la bataille de Lützen !
Une victoire suédoise qui coûte la vie au roi. Considéré comme une relique, le cheval est empaillé par un médecin de la Cour et rejoint la dépouille royale en Suède.

www.chateau-de-diedendorf.com

Intérieur du château
Escaliers dans le château
Intérieur du château
Intérieur du château