L'Abbaye de Niedermunster et le Mont Sainte-Odile

Montée du Mont Sainte-Odile - 67530 Saint-Nabor

l'abbaye d'après une gravure de 1781
Des ruines...

Située au sud du Mur Païen, l'ancien monastère de Niedermunster est dominé par le Mont Sainte-Odile. Les ruines visibles aujourd'hui sont celles de l'église abbatiale datant de 1180 qui a fait l'objet d'études par les archéologues. Cette église comportait un porche surmonté de deux tours massives, une nef voûtée, un chœur rectangulaire entouré de chapelles, ainsi qu'une grande crypte. Certains historiens considèrent le site comme l'emplacement originel du monastère de Sainte Odile. En effet, des traces de constructions plus importantes par leurs dimensions et leur volume, révèlent l'existence probable d'un monastère de l'époque carolingienne, entre le 8ème et le 10ème siècle.

nef de l'église abbatiale et sarcophages
Sainte Odile la fondatrice de Niedermunster

D'après un texte anonyme, Sainte Odile (662 - 720) aurait fondé une église dédiée à Saint Martin et un hospice sur la route de Hohenbourg, l'actuel Mont Sainte-Odile. Fille d'Aldaric, Duc d'Alsace, Odile est née aveugle et confiée à une nourrice afin d'empêcher son père de la tuer. Alors qu'Odile n'est pas encore baptisée, son oncle, l'évêque Saint Erhard qui se trouve alors en Bavière, a une vision dans laquelle Dieu lui ordonne de se rendre auprès d'Odile pour procéder au baptême. Au moment où l'huile sainte touche ses yeux, Odile retrouve la vue. Le miracle fait grand bruit, mais seul son père refuse d'y croire et dans sa colère, il tue son fils et pourchasse sa fille. En fuyant, Odile frappe un rocher qui s'ouvre pour la protéger et réalise ainsi son second miracle. Enfin convaincu du miracle, Aldaric lui donne son château de Hohenbourg, qu'elle transforme en monastère connu aujourd'hui sous le nom de « Mont Sainte-Odile ». Les malades pouvant difficilement accéder sur les hauteurs de ce lieu saint, Odile fait construire le monastère de Niedermunster : dont le nom signifie littéralement « le monastère d'en bas ». Odile est la Sainte patronne de l'Alsace et est invoquée par les fidèles pour guérir les maladies oculaires.
ruines de l'église abbatiale 1904
Histoire de Niedermunster

Les deux monastères odiliens sont divisés en 1016, lorsque l'empereur Henri II accorde l'immunité au monastère du bas, c'est-à-dire, la libre élection de son abbesse et le choix de ses avoués. En 1155, l'empereur Frédéric Barberousse ordonne la reconstruction des deux abbayes. Au cours du 12ème siècle, l'ensemble des bâtiments de Niedermunster est reconstruit avec : une collégiale, des bâtiments conventuels, un cloître dominé par les trois tours de l'église Sainte-Marie, un hospice pour les pèlerins et deux chapelles consacrées à Saint-Nicolas et Saint-Jacques. Le monastère est dévasté vers 1525, lors de la guerre des paysans qui saccagent les bâtiments et l'incendient. Le monastère ne se relèvera plus et au 19ème siècle, les pierres sont pillées et réemployées par les habitants du coin. Ce sont les fouilles archéologiques qui ont permis de redécouvrir le site et son histoire.
dessin de l'entrée de l'église abbatiale 1862
sarcophages découverts à l'abbaye
La croix de Niedermunster

Durant plusieurs siècles, l'abbaye de Niedermunster a renfermé une croix qui a été la principale attraction des pèlerins jusqu'à l'incendie de 1572. Son origine remonte à l'an 800 ; on raconte qu'Hugues, un Seigneur bourguignon qui avait toutes les faveurs de Charlemagne, suscitait une jalousie telle, que certains parmi les courtisans, ont persuadé le souverain qu'il s'agissait d'un traître. Lorsque la vérité a été rétablie, Charlemagne en signe de réconciliation, lui offre de précieuses reliques parmi lesquelles le Saint Prépuce. Hugues fait réaliser une croix recouverte d'argent pour contenir les saintes reliques qu'il charge sur un chameau afin de se laisser guider par Dieu vers le lieu où elles devront être conservées. Escorté par cinq chevaliers, le convoi arrive aux portes de Niedermunster où la croix sera conservée, attirant nombre de pèlerins. En 1540, la croix est sauvée d'un incendie puis abritée au monastère du Mont Sainte-Odile avant d'être offerte aux Jésuites de la Chartreuse de Molsheim, devenue à son tour un lieu de pèlerinage. A la fin du 18ème siècle, des bornes arborant l'image du chameau portant la croix, sont placées sur les pentes du Mont Sainte-Odile.

Le site est grillagé et l'accès en est formellement interdit. C'est grâce à la reconstitution virtuelle en 3D réalisée par des étudiants de l'INSA que vous pourrez en voir un peu plus...

www.cc-cantonrosheim.fr

www.mont-sainte-odile.com

Reconstitution virtuelle de l'Eglise du 12ème siècle d'après J. Preiss
Reconstitution virtuelle de l'Eglise du 12ème siècle d'après J. Preiss. Vue du Nord-Est.
Reconstitution virtuelle de l'Eglise du 12ème siècle d'après J. Preiss. Vue du Nord-Est.
Maquette virtuelle numérique de l'état actuel des ruines de l'Eglise